vendredi 2 juin 2017

Moi, Lorie 15 ans



Synopsis :


Lorie, 15 ans, n'a pas une vie facile.

Depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne, sa mère la déteste, sans vraiment qu'elle sache pourquoi.

Heureusement, son père rééquilibre la balance ce qui lui permet d'endurer son quotidien. Jusqu'au jour où un deuil la frappe de plein fouet, son père change du tout au tout.

Elle ne pourra plus compter que sur son oncle Franck et son meilleur ami Logan, qui se révèle être bien plus qu’un simple ami ou « frère de cœur ».


Chronique :


Avant tout, je tiens à remercier Évidence éditions et l'auteure Léaly Morgane pour ce service-presse, ainsi que pour le partenariat. C'est une première en tant que blogueur, et j'en suis honoré.

Ce court roman s'est révélé poignant par son histoire. Le quotidien effroyable que mène Lorie peut parler à certain(e)s adolescent(e)s, car cette dernière est mal dans sa peau, a du mal à s'assumer et vit un enfer familial. L'histoire peut faire écho à chacun d'entre nous, car ancrée dans un quotidien réaliste, où l'auteure montre bien que toutes les familles ne vivent pas heureuses, loin de là.

Je dois dire qu'au début, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, me tenant à distance de celle-ci. Je comprends que l'histoire soit courte car très sombre, mais j'aurais aimé que certaines relations soient plus approfondies malgré tout, car je ne suis pas parvenu à m'attacher aux personnages, bien qu'ils ne soient pas plats pour autant.
La romance a eu tendance à m'agacer au début, car je la trouvait clichée, avec la fille mal dans sa peau craquant pour le gars inaccessible et volage. Les réactions de ce dernier restaient flous d'ailleurs. Cependant, celle-ci reste quand même réaliste, avec les espoirs et les déceptions propres aux ados, souvent utopiques.

Cependant, vers plus de la moitié de l'histoire, ça s'est amélioré. Même si les relations avec les amies de Lorie restaient survolées, j'avais commencé à apprécier davantage la romance, les personnages révélant leur mal-être et sachant se remettre en question, même si dans les dialogues cela faisait parfois "fleur bleue" à mon goût.

Mais le plus troublant dans l'histoire reste le calvaire de Lorie. L'auteure montre clairement à travers son quotidien toute la lâcheté dont des parents sont capables, car n'assumant pas leurs erreurs et rejetant la faute sur leur enfant, qui lui n'a rien demandé, et surtout pas à venir au monde dans de telles conditions. Certaines choses demeurent au-delà de notre compréhension malheureusement, et prouve à quel point l'humain peut être fragile psychologiquement. Je pense que certains doivent d'ailleurs être fous de nature pour agir ainsi.

L'écriture de l'auteure sied bien à l'histoire, avec une écriture simple et compréhensible, décrivant cette notion du quotidien avec clarté et humanisme si je puis dire.

Malgré la rapidité des événements dans leur globalité, qui m'auront empêché de m'attacher aux personnages et de rentrer profondément dans l'histoire pendant un moment, cette histoire fût finalement agréable et surtout touchante. Bravo à l'auteure, car je pense qu'il faut un certain courage pour écrire ce genre d'histoire, qui peut s'apparenter à un journal intime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire